top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurM HL

Scénographie et commissariat pour l'exposition Jeanne Carolus : Du visage à l'abstrait

Dernière mise à jour : 26 oct. 2022

Cette exposition tente de proposer un regard rétrospectif sur le travail de Jeanne Carolus au travers de peintures et de gravures réalisées entre 1932 et 1972. Il est possible de distinguer plusieurs mouvements en lien avec l’histoire de la modernité.


Un projet réalisé en collaboration avec Juliette Buffard.



"Au centre de cette matière picturale visages et paysages s’esquissent, d’abord par des représentations figuratives qui, au fil du temps, des toiles, de la peinture, s’estompent pour laisser place à des formes qui, bien que plus abstraites, n’en sont pas moins évocatrices. Son geste tâche de saisir le regard, celui du modèle autant que celui du regardeur. Il met en scène le point de vue, d’abord croqué puis peint sur feuille, sur toile ou gravé sur du cuivre pour qu’enfin l’image se fixe. Pourtant, celle-ci se décompose au fur et à mesure.

La richesse des techniques que Carolus explore sert son désir de retranscription des figures qui l’entourent. La peinture par touche déploie la matérialité des scènes et des couleurs. Le ciel d’un paysage devient un autre paysage, les tissus sont des mondes, les visages s’y fondent.

Dans ses gravures, l’image apparaît tantôt par aplat, formant des silhouettes primitives, tantôt grâce aux traits qui, dans le détail, ouvrent l’image pour en façonner la représentation. Lors des tirages, l’artiste, en brossant plus ou moins par endroits la plaque enduite d’encre, fait surgir les contrastes dans une réflexion autour de l’évanouissement du sujet dans l’espace de la feuille.

Les toiles abstraites dédoublent les formes, proposent des variations. La peinture, lissée, opère une transition entre les touches, les traits et les aplats. De cette décomposition du sujet, l’évocation s’étend. Elle s'affranchit de la perspective et s’intéresse à l'éclatement des volumes dans un mouvement de dépassement du sujet.

C’est de la matérialité même de la peinture que les impressions que Jeanne Carolus tâche de nous faire parvenir trouvent l’espace pour émerger."

Texte de Juliette Buffard












4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page